obscénité, pornographie, et moralité ...

Publié le par les marques

Il est amusant en lisant de ci de là, les considérations sur la pornographie des uns et des autres, de constater que les choses se compliquent dés qu'on touche au tabou ultime ... la sexualité, le corps, et toutes ses cochonneries ... L'in-représentable ... Des fois, je m'interroge ... qu'est ce qui dérange dans la pornographie contemporaine ? l'obscénité ( au sens ou le capitalisme dérégulé est producteur d'obscénité ) de sa réalisation technique ?  Ou la représentation du corps ( ce corps qui est obscène dés qu'il est lubrique ... )?
Il y aurait beaucoup à dire sur le fast-porn ... vite "produit" ... vite "consommé" ... vite "dépassé" ... mais rien n'est dit ... jamais ... On lit de savantes (?) considérations sur "l'exploitation des filles de l'est" qui relèvent plus de l'ignorance de la réalité du "marché" du cliché que de l'approche fouillée de la réalité ... et basta, on a expédié le sujet ... Et on en revient au vrai sujet qui tracasse, la représentation du corps ... féminin de préférence ...
La pornographie, du fait de l'évolution des moyens techniques de diffusion de l'image est devenue un marché ouvert, générateur de profits immédiats importants , et totalement dérégulé sur le plan du droit du travail .
On voit fleurir les "amateurs" ... c'est quoi cet "amateurisme" que d'aucun pourraient être tentés d'assimiler aux "partouzeurs" des années 70-80 ( en terme d'esprit de liberté ) ? Faut pas se leurrer ... "amateur" c'est jamais que du travail au black ... sans régle, sans aucunes des protections légitimes pour des artistes , quel que soit leur art ... Le porno"amateur", c'est un ou 2 caméscopes numériques, une petite poignée de billets de 50 euros pour payer les "amatrices", des "amateurs" qui se payent "sur la bête" ... et un "retour sur investissement" de l'ordre de 10 pour un ... le tout en espèce ...
Vous verrez jamais une descente de l'inspection du travail, de l'URSSAF ou des impôts sur le tournage d'un de ces trucs ... Non, juste de temps à autres une petite crise d'urticaire sur la question de l'atteinte aux bonne moeurs ... Parceque personne n'en a à foutre, des conditions de survie de ces "amatrices" attirées par le miroir aux alouettes des 150 euros nécessaires à la survie, et gagnés vite ... Comme disaient les mères bien pensantes à leurs filles le soir de leurs noces "c'est un mauvais moment à passer" ...
Le jour ou l'on demandera la condamnation des producteurs de porno gonzo pour mise en danger de la vie d'autrui ( pour les pratiques à risques en terme de VIH, par exemple ) , en plus des infractions répétées en bande organisée au code du travail, au lieu de considérer que ce qui arrive aux "amatrices" , quelque part, c'est bien fait pour leur gueule, elles avaient qu'a pas pêcher, je pense qu'on aura fait un immense pas ...
Condamner la pornographie gonzo, pour son aspect "amoral" , le même que celui du capitalisme , tout en négation de l'humanité de l'autre "plus faible" , pourquoi pas, mais je reste très sceptique ... ses condamnations tendant vite à être englouties sous le déluge de condamnations de l'immoralité des pratiques ... Et la condamnation de l'immoralité des pratiques a toujours été le plus bel outil des héritiers de Paul de Tarse ( vous savez, le Paulo qu'arrêtait pas de faire "l'éloge de la jouissance d'être soumis, obéissant , passif, esclave des puissants , esclave ... L'impuissance sexuelle transfigurée en puissance sur le monde, le mépris de soi transformé en amour pour ses bourreaux, l'hystérie sublimée en construction d'une névrose sociale ... " ) .,  pour condamner la libération des corps et des esprits ... Aux états unis, il y a encore peu, la sodomie était un délit , entre adultes consentants ... Au nom de la lutte contre l'immoralité ... Et si j'osais, je dirais que le porno gonzo accrédite la thèse de nos amis défenseurs des bonnes moeurs, tout dans la manière de filmer, dans l'expression des "amatrices", dans le décalage monstrueux entre la "jouissance" des "victimes" exprimée dans la bande son, et la souffrance ou le refus, lu sur les images, accrédite la thèse des mêres bien pensantes " ce n'est qu'un mauvais moment à passer" ...
Le porno gonzo, c'est l'arme des bien-pensants pour détourner une majorité de nos contemporains de la recherche de cette liberté intérieure qu'est avant tout le libertinage . Le libertin est celui qui remet en cause les dogmes établis, c'est un libertaire de conviction , un athée , un libre penseur affranchi des éthiques religieuse et sociales  débarrassé de ce boulet qu'est la domination/possession de l'autre ... Le porno gonzo, c'est l'a-moralité de la marchandisation de la sexualité , le libertinage, c'est l'immoralité de ceux qui ont franchi l'une des frontières de la gratuité ... 
Comme dirait ma concierge, "on peut jouer à tout, mais pas n'importe comment , et avec n'importe qui ... " Mais l'imbécile regarde le doigt qui fouille ses frustrations primaires ...
 
modemploi.jpg

Nota bene :
j'emploie à dessein , juste histoire de signifier l'absence totale de différence entre les pornos hétéro et homo, les termes :
- amateur pour désigner l'élément actif ( c'est à dire pénétrant ) de la relation sexuelle
- amatrice pour désigner l'élément passif ( c'est à dire pénétré ) dans cette même relation ...

j'ai évacué volontairement le porno commercial grand public, celui du film de canal, dans la mesure ou il ne représente plus qu'un épiphénomène dans le volume de consommation du porno ... et dans la mesure ou un semblant de respect du droit du travail prévaut ...

Commenter cet article

S. 04/10/2007 16:41

même pas peur, les trolls j'en bouffe trois tous les matins au petit déj (juste après le joint)

S. 04/10/2007 15:18

les femmes sont aliénées? première nouvelle!les hommes sont encore plus aliénés, moi par exemple tu me montres un bout de nichon sur internet et paf je me branle, peux pas résister, si c'est pas de l'aliénation ça...biseszut j'en ai encore mis sur mon pantalon

Eva_bien 04/10/2007 16:03

pffff arrète tu vas déclencher une attaque massive de trolls :-))

les marques 02/10/2007 22:32

je maintiens le "mêre bien pensante" ... pas pour exonérer les pêres, juste pour souligner la responsabilité des soumises dans la reproduction de leur sort ... de leur aliénation ...

Lory Calque 02/10/2007 22:26

"Mères bien pensantes"... Celles-ci ne font que transmettre ce que leur a inculqué le patriarcat après les avoir pliées et dominées, non? Pourquoi ne pas parler plutot des "pères bien pensants", c'est à dire de ces hommes qui pensent que leurs filles doivent en passer par là où enn sont passées leurs épouses et mères de leurs filles?

Buzz l'eclair 02/10/2007 19:18

e corps est le temple de l'esprit
apres libre a toi le libertin de faire ce que tu veux

la jouissance est souvent egoïste
la joie non :elle se partage
le but premier d'un Vivant est d'etre libre
libre de toutes les chaines
et seul l'amour libere
l'amour est gratuit
il n'y a que les mechants(les capitalistes?) pour voler ce qui est gratuit