Slow food et Pain à la Tomate

Publié le par Les marques du Plaisir

Pasque les plaisirs de la chair et la bonne chère sont inséparables ....
Pasque qui mange MacDO , baise comme un veau hormoné ....
Pasque tous les plaisirs peuvent parfois être tordus, bien tordus , et parfois d'une simplicité ... biblique ....
 
Quelques recettes, au fil de l'humeur, en grande partie tirées de "recettes immorales" de Manuel Vazquez Montalban  ... Le "pêre" de Pepe Carvalho, Privé et Gastronome .... Et pour commencer, pusiqu'on commence à trouver de vraies tomates à 1€50 le kilo sur quelques marchés :


Le Pain à la Tomate


Du pain de campagne moelleux, tranché de la veille, des tomates mures, coupées en deux, et frottées sur le pain, qu'elles imprégnent du jus, de la pulpe, et des pépins, retenus par les aspérités de la croute . Du sel, bien sec et uniformément réparti, et un filet d'huile d'olive, que l'on fera se répandre à son aise en serrant puis en relachant les tranches entre les doigts .

 
Il est indispensable que les êtres et les peuples de la terre aient la sagesse d'assumer le pain à la tomate en tant que paysage fondamental de l'alimentation humaine . Plat pêché par excellence, car il rend le pêché simple et accessible à chaque être humain .
Plat pêché car il s'offre comme alterantive à tout ce qui est transcendant - dangereusement transcendant - s'il se convertit en culture de la négation :

    * ne faites pas l'amour mais le pain à la tomate,
    * n'adhérez pas à l'OTAN, faites vous du pain à la tomate,
    * ne votez pas à droite, mangez du pain à la tomate .

N'importe où, en toute circonstance . Du pain, de la tomate, et du sel .

Et aprés l'amour, du pain à la tomate, et un peu de saucisson .

Mais par pitié :

    *  du vrai pain , pas ces horreurs de patons industriels "façon campagne" vendus par les terminaux de cuisson ...

    * et de vrais tomates, pas ces saloperies OGM calibrées produites en usine, et vendues du 1er janvier au 31 décembre, made in Brazil, batavie ou marmande qui relèvent du crime contre l'Humanité ... non des "coeur de boeuf", des "cornes de bélier" .


Et puis signaler "militants de la gastronomie" de Carlo Petrini , animateur de terra madre  et promoteur du Slow food dans le monde diplomatique d'Aout : " loin de demeurer une pratique élitiste, la gastronomie peut devenir la science la plus démocratique . Parceque la possibilité de se nourrir avec des produits de qualité , le plaisir de savourer une bonne nourriture et la défense de la souveraineté alimentaire doivent être des droits pour tous" .


Encore un dessin piqué au camarade Babouse





Publié dans Gourmandises

Commenter cet article

les marques 02/08/2006 10:48

ben vi hein.... des fois on aurait honte d'avoir craqué .....

Exigeant 01/08/2006 22:45

Tain!!!!!!!!!!Ils ont craqué!!!!!Bienvenue dans la "blogosphère"!!!!Ca va chier!!!!!Depuis le temps que j'attendais ça....(8)....