le commerce equiquette

Publié le par Eva_bien


bananasjosephine.jpg
Salut, je suis Josephine Baker équitable, En fait, j'anime une foire équitable Max Havelaar dans un de tes hypermarchés préférés. Les hyper et supermarchés, c'est des super-potes à Max, le leader du commerce équitable, qui vient de passer plein d'accords de distribution avec eux. Oui, les mêmes supermarchés qui traitent leurs caissières comme ils oseraient pas traiter leur tamagochis, et qui enfilent leurs fournisseurs et paysans en plein dans leurs marges arrière. Pas très équitable tout ça, mais comme dirait Max Havelaar, "dans les pays du Nord, il y a des syndicats pour ça". Qui remportent de vifs succès, d'ailleurs, il n'y a qu'à voir.
En plus d'Auchan, Carrouf et autres, Max Havelaar a passé des contrats équitables avec des gens sympas comme Nestlé, McDonald et même Accor, le groupe hôtelier qui paye des Africaines le SMIC à condition qu'elles fassent une chambre d'hôtel en vingt minutes chrono. (Essaye, tu verras, c'est rigolo). Bref, n'ayons pas peur de trancher dans les mots, Max Havelaar n'a peur de rien pour faire la promo de son café équitable.
Bon, d'accord, mais c'est vraiment du café équitable quand même. La preuve, il vaut une fois et demie à deux fois plus cher que du normal pas équitable.
Malheureusement, tu te doutes bien qu'un type capable de faire de l'équitable avec Mac Do et Carrefour (manque plus que Microsoft, quoi) a peu de chances de faire de l'équitable sur place, chez les pauvres. Non, en fait, accroche-toi bien au régime bananier -comme de Villepin, ha ha- parce que c'est un chouïa compliqué ; le café Max Havelaar, ça fonctionne comme ça :
Ils vont trouver un regroupement (une coopérative) de petits paysans pauvres-méritants-producteurs-de-café, dans un pays sympa et aisé, genre le Guatémala. Ils lui proposent une certification Max Havelaar. Le couillon de Guatémaltèque accepte. Que se passe-t-il ? Il paye pour être certifié (voui tu as bien lu) ; en échange, il est donc certifié équitable et là, quand même, Max Havelaar s'engage à lui assurer un prix minimum. Très minimum, hein, mais au moins il n'est pas totalement soumis à la dégringolade des cours du café.
Mais -et c'est là qu'on rigole- le fait d'être certifié ne garantit en rien au gentil-paysan-pauvre qu'il vendra tout son café en équitable ! Hé oui, encore faut-il qu'il trouve des acheteurs, et là Max Havelaar ne lui garantit plus rien. Max vend la certification, rien de plus. Dans les faits, le gars se retrouve souvent à écouler la grosse majorité de sa production en "non équitable" alors même qu'il a raqué à Max Havelaar pour le certifier...hé hé hé...Révolutionnaire, comme dirait Danton (Q).
Bon, euh ouais mais, te dis-tu, le café acheté en équitable, il l'est vraiment ? Eh bien cela dépend. Si l'on considère que les quelque 50 inspecteurs que sous-traite Max Havelaar sont suffisants pour inspecter environ un million de petits paysans chaque année, oui. Sinon, c'est, clairement, du foutage de gueule.
Ah oui, et pour les sous que ça fait en plus au paysan, ça lui fait en gros 10 à 15% du prix du paquet que tu achètes. En théorie, parce qu'en fait, Max Havelaar verse la thune aux coopératives, lesquelles ont des frais et ne sont pas toujours follement bien gérées (normalement ça, Max devrait s'en occuper, mais, comme on l'a vu plus haut, ses inspecteurs sont moins nombreux que ses affiches de pub dans le métro).
Ah, et puis la différence de prix importante, elle est pour toi, con somateur, à 100%. Le torréfacteur qui achète le café au prix de la merde au petit paysan (et en dollars) et le supermarché qui te la vend au prix du roquefort (et en euros) eux, ne payent pas un centime.
Et enfin, si tu t'imagines que ton café Max est transporté dans un bateau sympa, équitable et autogéré par un pote à Manu Chao, tu te fourres le doigt dans l'oeil jusqu'au Chiapas. D'ailleurs, Manu Chao, il autogère surtout son fric.
Alors, t'exaspères-tu, c'est comme David Douillet et le keynésianisme, il ne faut plus croire en rien ?
Eh bien pareil. Le commerce équitable, il faut l'éviter quand c'est repris par les escrocs et les petits malins qui nous font la vie si belle et leur vit si beau. Mais ça ne veut pas dire qu'il n'existe pas des gens* qui font des efforts pour que tout achat ne se traduise pas nécessairement par une enfilade du gars à l'autre bout. Un bon truc pour savoir : quand on te vend un produit équitable, demande des renseignements sur la filière et observe la tronche du vendeur.
Allez bon courage, c'est l'heure de mon cheese.

Publié dans rubrique d'éva...

Commenter cet article

les marques 05/08/2006 18:18

euh ... honte sur elle ....

Bertrand 05/08/2006 04:16

bravo bravo...moi qui bosse dans un boutique qui en fait, ben c'est pas facile...D'ailleirs est-ce que l'expression "commerce équitable" n'est pas un oxymoron ?