l'homme qui a vu ...

Publié le par Les marques du Plaisir

l'homme qui a vu la femme qui ....

Juste pour dire qu'on commence à respirer , du côtè du cabinet de notre sinistre de l'écologie, j'ai nommé l'inenarrable Nelly Olin , vous savez ? celle qui estime que ceux qui partagent pô ses vues sont des "anes et des imbéciles " ....

On est déjà le 6 août , et ce que redoutaient les "zexperts" en introduction s'est pas produit ..... et avec un peu de chance, la saison de transhumance se terminera sans que "l'accident majeur" se soit produit ....

Faut bien resituer les vraies responsabilités , hein .... à cause de ces anes batés de bergers pyrénéens, et de quelques salauds d'élus qui déclaraient comme Henri Denard conseiller général (PS) du canton de Luchon :"C'est une bataille politique que la montagne vient d'engager....( il ) est incompatible avec le pastoralisme. Si Nelly Olin veut vraiment en remettre dans les Pyrénées, qu'elle décide aussi de déporter les populations paysannes comme on le fait en Chine...» , il avait pas été possible de lacher les femelles slovènes que la Miss Nelly avait promis aux males en rut ....

Alors la nelly et ses "zexperts" avaient qu'une trouille ... c'est que malgrès le programme d'aide à l'abstinence inspiré de ceux des évangélistes Yankee finançés par l'administration Bush, les deux pauvres ours males  seuls survivants de l'espèce autochtone qui survivent dans les pyrénées béarnaises se laissent aller à ....

 drame en forêt par tropicalboy

Publié dans ecoloclaste

Commenter cet article

les marques du plaisir 10/08/2006 01:30

le problème est encore plus complqué ...je me souviens il y a une vingtaine d\\\'années des troupeaux transhumants , accompagnés 24h sur 24 par un berger et ses nombreux chiens ... il était impensable de laisser un troupeau seul, parceque présence du loup ou pas, le touriste lambda avec son chien des villes pas habitué était un danger potentiel pour les brebis ...donc on gardait ... souvent à tour de rôle ... pour avoir un peu de temps et parceque c\\\'était aussi la période ou on avait le plus de boulot dans les vallées ....c\\\'était encore une periode ou on pouvait esperer tirer un peu de revenu d\\\'une production de mouton de boucherie ...Puis le paysage agricole c\\\'est rationalisé comme ils disent ... avec des troupeaux de plus en plus gros, et de plus en plus essaimés sur le territoire . On a commençé a laisser les bêtes quasi seules ... et on a reintroduit l\\\'ours et le loup , en plus du touriste ... avec les conséquences qu\\\'on connait ... parcequ\\\'un troupeau qui a paniqué, c\\\'est souvent 1/3 à  50% de bêtes touchées  ( ya pô plus con qu\\\'une brebis en troupeau, a part peut être quelques dindes à sac a main ....)  .Il est marrant de constater que dans  les zones ou la production laitière reste largement majoritaire , et je pense  aux vallées basque et béarnaises , le loup est peu implanté , et les attaques sur les troupeaux bien plus rares que dans les alpes .Mais de toutes façons, le problème est avant tout un conflit sur l\\\'usage de l\\\'espace de montagne entre des agriculteurs qui y vivent et entretiennent cet espace et des citadins a qui l\\\'on rabache que la nature est une sorte de gigantesque "euro ecolo land" ....Le bel exemple de ce que donne la déprise du pastoralisme , c\\\'est les garrigues des périphéries des villes languedociennes qui sont devenues de gigantesques ronciers réservés aux seuls sangliers ( avec tous les dangers que celà comporte ) là ou dans les années 70 on avait une forét accessible parcequ\\\'élaguée régulièrement par les troupeaux ....on pourrait en parler pendant des heures ....

paysan bio 09/08/2006 23:03

salut marques
j'ai un vrai problème avec ce post
 
ça ne veut pas s'afficher et ça fait 4 fois que je le perds
 
les bergers ne sont pas des agriculteurs riches
 
lorsque un loup ou un ours attaque leur troupeau ils doivent s'occuper des cadavres,supplier le véto de venir faire les constatalions,le payer,faire les papiers,trouver un remplaçant quand il faut descendre en ville défendre son dossier.
ensuite parfois le berger est indemnisé aux ras des paquerettes,parfois il n'a droit à rien.
 
en espagne ou en italie il y a peu de problèmes car les bergers sont bien indemnisés en cas d'attaques.
 
j'ai rencontré un écolo qui était allé aider les bergers à garder les bêtes l'été dernier.il a été ecoeuré quand il a su qu'un des mecs qu'il avait cotoyé a bossé tout un été pour ne rien gagner à la sortie à cause d'une attaque de loup.il avait compris la dureté de ce métier et il ne comprenait pas que les bergers ne se défendent pas mieux.
 
si la société française veut des ours et des loups pour la biodiversité,il faut qu'elle accepte d'en payer les conséquences:ce n'est pas à des pauvres paysans de le faire.
 
dans cette histoire l'état n'a accepté d'écouter que des soit-disant représentants et a imposé son point de vue.
maintenant les passions sont tellement exacerbées que c'est celui qui gueule le plus fort ou celui qui a le plus grand pouvoir de nuisance qui tirrera son épingle du jeu.
 
c'est du grand n'importe quoi.
 
pascal

les marques 07/08/2006 00:10

ben oui chuis intéressé .... j'ai toujours un peu de mal avec certaines conceptions en matiére de "droit d'usage" de l'espace .... mais je me soigne hein ....

paysan bio 06/08/2006 23:12

je t'avais fait un long post pour t'expliquer mon point de vue sur l'implantation des ours et les bergers
mais il a foiré.
ça t'intéresse vraiment?
si oui je peux essayer de le refaire
pascal