Histoire de boiseries ...

Publié le par Les marques du Plaisir

L'autre jour, petit fantasme de pinard, histoire de changer du vin de pays en cubi 5l ... les finances étant pas celles d'un PDG du Cac40 ou d'un footballeux de division d'honneur, on se contentera d'un Côte de Bourg que je dénoncerai pas .... Je les hais .... l'impression de boire une infusion de sciure ... le seul moyen de pas laisser perdre, c'a été de faire des communards à 50% de crème de mure ... chais pas si tu vois, dans le genre confiture... Bon je sais que , théoriquement, le recyclage de copeaux en vin en est à ses balbutiement en france ... Mais je serais étonné que , pour un vin à environ 10 € la bouteille , le viticulteur utilise à chaque vendange des barriques neuves ... Nan, juste pour se conformer aux désidératas des adeptes du grand gourou du "MacDo Wine" , le triste sire Robert Parker , le pauvre homme doit nous faire une macération de copeaux dans ces cuves en inox exposées plein sud ... 50° au soleil, ... et comme monsieur INRA, vous savez ce si gentil et humaniste "scientifique qui veut le bonheur de l'humanité" lui a expliqué que le bon pinard, c'est juste une affaire d'interaction de "certaines molécules  avec des récepteurs " et que le connard lambda , il est plus influencé par la forme de la bouteille, la blonde à airbags sur la pub que par ce qu'il va "ressentir" sur les papilles , à preuve, on arrive à leur faire aimer nos ignobles succédanés de tomates mutantes parcequ'elles sont belles et bien éclairées par monsieur Carrouf ... ben le brave viticulteur, qui croit , comme son papa, que le "progrès" a pour finalité de le faire vivre moins mal, il achète les copeaux de chêne qui vont bien, et il fait sa tisane pour approcher ce que le grand Zexpert du pinard mondialisé estime être un vin digne d'éloge ... et s'ouvrir ces eldorados du commerce des vins que sont les marchés américains et asiatiques .
Et comme il arrive pas a vendre à l'export, parceque pernod-ricard fait aussi déguelasse mais moins cher au Chili, sa tisane finit sur les linéaires du carrouf du coin ... et il perd 2 clients de plus ...



Conquérir des parts de marché à l'export, c'est bien ... tout ce qui reste quand on a perdu son marché "local" ... Vais retourner vers les vins de pays en cubi, moi ...


Publié dans Gourmandises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aran 14/09/2006 17:06

avant toute chose, il faut vérifier que la capsule porte la mention "récoltant"

moriel 12/09/2006 14:09

Il reste encore des paysans vignerons respectueux de leur vignes et de leur terre, qui produisent des vins non modifiés  selon les diktats de l'INRA et  de l'INAO, et des cavistes honnêtes qui les proposent au amateurs; quelques infos et pistes sur ce site (par exemple):http://www.vins-etonnants.com, et dans ce livre: "Dionysos crucifié" de Michel Legris.