16 décembre camping parisien des enfants de Don Quichotte

Publié le par les marques du plaisir

Les Enfants de Don Quichotte communiquent :

Chers Amis,
 
Après la bérézina du 2 décembre, nous sommes en pleine réorganisation.

Tous ceux qui étaient là ont pu constater que nous avons été muselés, que l'on nous a interdit de manifester notre indignation.  On nous a trimbalés de Concorde à Bastille, on nous a mentis, on nous a empêché de sortir les tentes... alors que nous en avions le droit. Comment expliquer que l'on nous dise qu'il est interdit de camper à Paris alors que 3000 tentes sont dépliées un peu partout par les SDF?

Nous ne voulons pas la guerre avec la police, nous voulons juste ouvrir les yeux des médias, des politiques, des téléspectateurs, des citoyens !
Ils nous forcent à nous organiser, alors nous allons nous organiser !
 
Nous camperons le 16 décembre, dans un endroit que nous vous communiquerons le moment venu sur ce site. Nous sommes en contact en ce moment avec la préfecture de police de Paris pour que ce prochain rassemblement soit autorisé. Dans le cas contraire, nous serons contraints de dissoudre l'association et de tous être responsables solidairement de cette action.
D'après Me Henri Leclerc, avocat, ancien Président de la Ligue Française des Droits de l'Homme, nous ne risquons rien, sauf d'être délogés par les forces de l'ordre. Dans ce cas, il faudrait absolument rester pacifique et ne résister que passivement.
 
Nous nous organiserions comme suit :
 Nous vous communiquerons le lieu du campement au tout dernier moment. Nous vous dirons comment recevoir l'info, soit en appelant une hotline, soit en recevant un sms... on verra. Il faudra être prèts à 11H00 précises à venir le plus vite possible au rendez-vous fixé, avec vos tentes, duvets, cartons (...).
Nous serons évidemment non-violent, sans bannière ni drapeau. Inscrivez seulement sur vos tentes "SDF" ou "HOMELESS".
Nous ne serons que des citoyens qui, un jour, ont décidé d'être SDF.
 
Certains SDF viendront camper avec nous, et si les forces de l'ordre n'évacuent pas le campement, une équipe d'enfants de don quichotte et la presse
appeleront les autres SDF, qui seront prévenus, à venir nous rejoindre.
 
En province, les actions s'organisent aussi. Chacun est libre d'organiser son campement, là où il veut. (voir sur le forum)
 
Ce que nous voulons vous dire, c'est que cette action vous appartient à tous, faites-en ce que vous voulez.
 
Quoiqu'il arrive, prenez aussi vos appareil photos et autres caméras afin d'avoir dans notre camps à maximum de protection.

 
Vous pouvez échanger vos idées sur le forum, commencer à vous organiser.
Vous pouvez nous contacter en envoyant un mail à :
 information (at) lesenfantsdedonquichotte (point) com


Perso, On espère juste que des élus de la république , et pourquoi pas des élus au conseil de Paris, auront le courage d'être présents, ce jour là ... Pasque quand on voit que certains relayent l'info au même niveau que les campagnes de quémandage de fric pour la construction d'une maison de retraite pour animaux de ferme , c'est qu'ils n'ont rien à battre de ceux que ce système à broyé à un tel point ... c'est plus de l'amertume, juste une immense colère ... et si quelqu'un du Rezo, une Mandarine, ou un blogueur citoyen se sent visé, il se sera pas trompé de beaucoup ...


SDF - Filou appel 2 dec
envoyé par lesenfantsdedonquichotte

Sont quand même quelques uns à avoir relayé l'info, des gens de politis à J.P.Lepers, de Eric Mainville à Indy, et quelques autres ... pas désepérer complètement ...


Publié dans coup de sang

Commenter cet article

furgole 04/01/2007 10:18

Question infiniment douloureuse et complexe et qu’il faut bien se garder d’utiliser pour promouvoir ses idées ou projets politiques personnels. Cependant, hasardons les questions suivantes :

- on ne parle plus guère ces temps-ci du merveilleux “modèle social français” qui était censé justifier le niveau extraordinairement élevé de la dépense publique et des prélèvements sociaux. Si ce sont les merveilleuses performances sociales du collectivisme à la française qui justifient ces prélèvements créateurs de chômage, où en est la matérialisation ?
- pourquoi ne se préoccuper que des clochards qui sont à Paris sous nos yeux et dont la misère nous donne mauvaise conscience ? Pourquoi ce phénomène de “générosité kilométrique”? Pourquoi ne pas reconnaître à toutes les centaines de millions de sans logement du monde entier le droit d’être logés au frais du contributable français, comme on le fait déjà en madière de soins de santé avec l’aide médicale d’état? Nous faisons là une discrimination en fonction de la nationalité des gens alors qu’il s’agit de l’octroi d’une aide d’urgence
- Au fait combien de SDF sont logés à l’Elysée, au château de Bity, dans le considérable et luxueux patrimoine foncier du couple Hollande-Royal ? Combien dans les locaux de la Place du Colonel Fabien ? On aimerait être mieux informés sur ce point crucial.

Rédigé par: furgole

SNL 22/12/2006 17:53

Par-delà la solidarité évènementielle
 


 


 

Depuis quelques jours, des « bien logés » ont planté leur tente, quai de Jemmapes, à Paris, pour partager le sort des « mal logés » et sensibiliser ainsi les Parisiens sur le sort des sans‑abris. Cette solidarité évènementielle a atteint son but : celui d’attirer les médias autour d’une cause juste.
 

Pendant ce temps, d’autres Parisiens, en voisins, se rassemblent et créent des logements, pour ceux qui, dans leur proximité, n’ont pas à se loger. Ils acquièrent des logements « comme les autres », dans des immeubles « comme les autres », pour offrir aux plus démunis, le temps qu’il faut, un habitat conforme à leurs besoins et à leurs moyens financiers. Ils accompagnent bénévolement les personnes accueillies, car le réflexe « d’habiter », l’intégration dans le voisinage, le paiement régulier du loyer ne sont pas choses aussi faciles qu’on l’imagine.
 

Les 130 logements créés à Paris par l’association Solidarités Nouvelles pour le Logement, qui compte en Île‑de‑France plus de 550 logements mis à la disposition des mal-logés, ne font pas « évènement ». Les dix logements créés chaque année à Paris par ces habitants, acteurs de solidarités nouvelles, ne font pas la couverture des journaux, mais apportent des solutions effectives à des problèmes concrets. Ils constituent une « goutte d’eau » irremplaçable.
 

Les bénévoles de Solidarités Nouvelles pour le Logement, parmi d’autres associations, manifestent ainsi que l’Etat n’a pas le monopole de l’intérêt général. Face à la question du mal logement, la responsabilité concrète de chacun est engagée. Encore faut-il passer d’une solidarité évènementielle, qui vient s’ajouter aux solidarités de témoignage ou de parole se manifestant ici ou là, à une solidarité s’incarnant dans des solutions.
 

Les « bien-logés » aujourd’hui sous tente, quai de Jemmapes, peuvent désormais prolonger leur engagement. Je leur propose de rejoindre les associations, et leurs bénévoles, qui proposent aux sans-abris des solutions pour passer de la tente au vrai logement : les outils existent pour créer des logements et accompagner les plus démunis, ils sont à la disposition des citoyens qui le souhaitent !
 


 

Pascal Desrousseaux
 

Président de Solidarités Nouvelles pour le Logement Paris
 

www.snlparis.org
 

les marques 11/12/2006 00:41

merci pour le lien ...

lesyeux 10/12/2006 19:31

je sais que l'on pourrait penser que ça ne représente  rien ou pas grand chose, mais qd meme, je te donne ce lien car c'est leur redonner une place, c''est aussi les faire exister'pauvres de nous'  :  http://pauvresdenous.blogspot.com/oui...pauvres de nous, vraiment....

Lutin :0016: 09/12/2006 23:15

tres interessant cette article