Histoire de drapeau ...

Publié le par Les marques

Les révoltés du Moyen-Âge
L’ont arboré sur maints beffrois.
Emblème éclatant du courage,
Toujours il fit pâlir les rois.

Refrain
Le voilà !, Le voilà ! Regardez !
Il flotte et fièrement il bouge,
Ses longs plis au combat préparés,
Osez, osez le défier !
Notre superbe drapeau rouge !
Rouge du sang de l’ouvrier ! (bis)

Il apparut dans le désordre
Parmi les cadavres épars,
Contre nous, le parti de l'Ordre
Le brandissait au Champ de Mars

Puis planté sur les barricades,
Par le peuple de février
Il devint pour les camarades,
Le drapeau du peuple ouvrier.

Quand la deuxième République
Condamna ses fils à la faim,
Il fut de la lutte tragique,
Le drapeau rouge de juin !

Sous la Commune il flotte encore
À la tête des bataillons
Et chaque barricade arbore
Ses longs plis taillés en haillons !

Variante :
Sous la Commune il flotte encore
À la tête des bataillons
L’infâme drapeau tricolore
En fit de glorieux haillons !

Noble étendard du prolétaire,
Des opprimés sois l’éclaireur.
À tous les peuples de la terre
Porte la paix et le bonheur !

Les braves marins de Russie,
Contre le tsarisme en fureur,
Ont fait flotter jusqu’en Asie
Notre drapeau libérateur !

Un jour sa flamme triomphale
Luira sur un monde meilleur,
Déjà l’Internationale
Acclame sa rouge couleur !

Le drapeau rouge

La première version de ce chant ( couplets I, III et VI) fut écrite en 1877 par le socialiste Paul Brousse, ancien Communard

Je vous emmerde , madame Ségolène Royal ...
Puis tiens comme il vaut mieux en rire :

 




Soldat Morales
envoyé par chr92


drapeau ¤ ségolène royal ¤ identité nationale ¤ drapeau tricolore ¤ nationalisme ¤ Jaurés

Publié dans coup de sang

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Russalka 27/03/2007 11:29

Tiens ... pour le, plaisir...Monsieur de Sarkozy vous êtes un gredin !Je vous l’ai déjà dit et le redis encore,votre comportement est de jeune pécoreet d’orgueil et de hargne n’êtes point radin…Ainsi Monsieur ronchonne lorsque tarde trople siège où se poser dans la loge du grime ?Monsieur en fait un plat une injustice un crimeet menace et pourfend et nous sort tous ses crocs ?Rappelons l’incident.Arrivé au studio avec votre armada,on devait vous refaire un teint de candidatcrédible jusqu’aux dentsavant que de passer devant la caméra.Vos collègues déjàoccupaient tous les sièges, il n’en restait plus unqui vous soit accessible.Hé quoi ! on vous ignore, c’est chose inadmissible !Et voilà que l’enfant jaloux se met chagrinet rouspèteet tempêteLe plomb qui traîne en vous comme en chaque personnefond si vite qu’il pète !Votre ex-hélance  tonne , inconsciente d’offrir à leur faim cette pistequi leur vient confirmer votre folie profondececi dit sans vouloir être psychanalystevotre cas est trop grave et je crains que résisteà tout médicament et même à la paroledont le travail souventapaise le plus fol.Sous les yeux ahuris de tous les journalistes( ils ne s’attendaient pas à la promesse immonde )vous jurez que demainau placard ils seront pendus tous ces faquins. Monsieur de Sarkozy approchez vous un peu…prêtez moi une oreilleou les deuxQui donc vous garantit que vous pourrez bientôtmolto agitatoselon vos habitudes à cravache menertout ce qui vous déplait ?Monsieur de Sarkozy approchez vous un peuprêtez-moi une oreille et ouvrez-bien les yeux:pour dire l’avenir il vous manque deux boulesau fond du pantalon.Si vous voulez je peuxouvrir une souscription ?Je crains qu'il n'y ait pas foule......

Stryges 26/03/2007 23:53

Moraleseeee moraaaaleeeeese... un grand moment ;)

Iris 26/03/2007 13:33

Merci, oui, il vaut mieux en rire !J'attendais le dernier moment pour voter, enfin pour voter contre, et à la limite, je me disais, peut-être Royal, mais le national-socialisme, c'est pas pour moi !Merci de me faire rire, car je suis en colère !Moi qui rêvait des citoyens du monde, je ressens une grande peine face à tant de repli sur un fantasme du drapeau, les drapeaux, c'est la guerre !

Dom 26/03/2007 12:24

Si un drapeau pouvait donner un boulot, à bouffer, un logement et des conditions de vie décentes, ça se saurait.Là on vire grand guignol, au concours du plus con que con.Le Pen réussit bien la manoeuvre finalement.En attendant, pas de drapeau et la seule bannière que j'arbore est celle de mon blog, au moins, elle m'amuse, elle.

engel 25/03/2007 17:41

Putain ça fait du bien en ces temps BBR, à force de lire les délires des convertis récents qu'ont tous vu Soubyroute.Merci