les cons, ça ose tout ....

Publié le par les marques

enfin, quand je dis "les cons" je pense toujours les salauds ...
y a 25 minutes, ma camarade de blog m'a entendu pousser ce cri du coeur ... je venais de lire une dépèche de l'AFP ( j'avais raté la précédente ... ) signée d'une Bertille OSSEY-WOISARD qui ... que ...
allez je fais partager ...
On sait tous que le prix du blé tendre ( celui qui sert à faire la farine de froment ) dans sa variante fixée par "le marché" ( vas jeter un oeil à mon post de l'an dernier sur le petit noir, la mécanique est la même ... ) ont, comme disent les sadiques, pris une claque ... comme qui dirait doublé, quoi ...
Mais faut pas déconner ... on sait bien que le marché sait ce qui est bon pour nous, pauvres pêcheurs, donc faut pas l'accuser , hein, les vrais causes sont ailleurs, dans ce manque d'adaptabilité de notre pays sclérosé par l'internationale bolcho-corporatiste ....
Donc, sans rire, vl'a que les petits zartisans comme les fabricants d'hostie pour l'église de la sacro-sainte consommation entonnent le refrain de la travaillitude optimisée pour une ordritude justifiée ... c'est la faute au SMIC si on est obligé d'augmenter le prix de la baguette ... Faut dire que le Naboléon 1er a donné un de ces coups de pouce au truc de survie de ceux qui triment , légitimé par le réalisme de sa royalitude Notre Dame  ... salauds de pauvres à cause de qui tout augmente ... 2,10% , ils se rendent pas compte qu'ils ruinent notre beau pays, et ils voudraient 1500 euros par mois ... rêve ... où chante beau merle ... qu'elle entonne, la bertille ... reprenant à pleins poumons le refrain Poujado-Sarko-Royaliste ...
Bon, je sais que depuis l'invention des maths modernes, à moins que ce ne soit depuis que l'antagonisme de classe ait disparu sous l'impulsion de Jacques Attali , j'ai du mal à m'y retrouver dans la modernitude économique, par contre y a 2 ou 3 trucs que je sais , en ce qui concerne la fabrication du pain ... genre on pétrit plus à la main à part chez 2 ou 3 zécolos fabricants de pains de sciure garantis sans farine de blé ... ou genre y a pas que du blé dans la farine panifiable, dans l'immense majorité des cas ... ou genre les gains de productivité ont été considérables au cours de ces 30 dernières années, la main d'oeuvre étant réorientée majoritairement vers la fabrication de produits à trés forte valeur ajoutée ... Mais la Bertille, elle a juste fait son boulot ... interviewer les zavis autorisés ... qu'ont même réussi à lui faire avaler que " Traditionnellement, les boulangers décident de modifier les étiquettes à la hausse ou à la baisse en septembre " ... en gros que les hausses de prix, c'est pas genre nasse à anguille ... Chais pas si vous avez vu le prix du pain baisser vous ? ... Et en plus, elle a pas remarqué que si la hausse est due pour une trés grande partie à la hausse du SMIC, les putatives baisses du prix(  de la baguette ) des années précédentes n'ont pu être que putatives , ce salaud de Chichi ayant participé de l'appauvrissement de notre beau pays avec ses coups de pouce appuyés  au SMIC  des 12 dernières années ... Des fois on se dit que les écoles de journalisme, c'est un peu comme le séminaire dans la France de l'entre deux guerres ... Si tu doutes du dogme, t'as rien à y foutre ... "Je crois en toi oh marché" ...
Remarque, elle a encore de belles dépèches devant elle, la Bertille ... les pates alimentaires, les dérivés du lait, les carburants, tous ces produits qui augmentent et pour lesquels il convient de désigner les vrais coupables ...

Bertille, c'est un de ces prénoms à porter le tee-shirt orange ou à fantasmer sur les désirs d'avenirs, non ? ... "Que cent bertilles fleurissent" , putain, ils doivent en avoir des retours d'érection dans leurs maison de retraite, les anciens maos reconvertis au marché ... Bordel de cauchemard de merde, on se réveille quand ? ... Aïe mais elle m'a pinçé, et je révais pas ... Au fait, on dit "faire marcher à la baguette" ... mais celles là, leur coût a pas augmenté ...
Un peu comme celui des Judas ... c'est toujours 30 deniers ... pour les Bertilles ... c'est encore moins cher ... un tit SMIC horaire ? ...


PS ... ben oui, je confesse que ma camarade de blog me maltraite à longueur de journée ... j'ose même plus dire "putain, mais je rêve" ... parceque c'est direct le pinçon ... faudra un de ces 4 que je vous cause de ma vie d'homme battu ...

Publié dans coup de sang

Commenter cet article

les marques 25/08/2007 00:05

pfff le troll est de retour ...  on doit pas avoir appris à lire dans la même époque ...à moins que ma taille de (maivais) caractère ne nuise à la lecture par les trolls ...mais comme la lecture semble aussi déficiente en ce qui concerne la prose de dame Bertille ... je pense que le vomi de troll nuit gravement à la comprenançitude ...donc je réitère ... je vous merdre monsieur ...

Vincent Carel 24/08/2007 23:51

Peut-être faudrait-il lire les dépêches que vous citez avant de cracher à la figure de leurs auteurs, non ?
 

Dans la dépêche en question il n'est nulle part écrit que les méchants smicards sont responsables de la hausse à venir du prix de la baguette, il est simplement noté que, le coût salarial représentant la moitié du coût de la baguette, l'augmentation du salaire minimum, même minimale, entraîne une hausse, légère (trois centimes par baguette), du coût salarial que les boulangers, qui sont bien sûr des monstres vénaux et avides au service du grand capital, répercutent sur les prix. Je sais bien que quand les rebelles de la vraie gauche de gauche auront sauvé l'humanité ce genre de détails n'aura plus cours, mais, en attendant le paradis sur terre, ce n'est pas le bon dieu qui paye les salaires mais les entreprises (ou les collectivités publiques), or les entreprises, pour payer les gens, ont besoin de gagner de l’argent (je sais, c’est très vulgaire) et pour ce faire de vendre leurs produits plus cher qu’ils ne leur coûtent à fabriquer, en conséquence de quoi une hausse de la pression fiscale, de la masse salariale, du prix des matières premières ou de l’énergie, conduit à une hausse du prix de vente. En l’occurrence prendre en considération l’impact financier pour les boulangeries de la hausse (trop faible évidemment mais néanmoins réelle) du salaire minimum sur lequel sont indexées les grilles salariales de la branche, ça n‘est pas dénoncé le niveau de ce salaire, juste tenir compte de la réalité. Cela dit il vous est toujours possible de nous démontrer que la hausse du SMIC n'implique pas une hausse du coût de 3 centimes par baguette, ça serait plus convaincant que des insultes distribuées à toute volée mais ça n'est nulle part présent dans votre diatribe.
 

En outre votre tirade hystérique à propos du mensonge que véhiculerait cette vilaine journaliste, selon lequel la hausse des cours du blé serait à l'origine de l'augmentation du prix du pain (parce que le blé ne représente qu'une partie mineure du coût de fabrication du pain, lui rétorquez-vous), votre tirade, dis-je, est grotesque puisque cette Bertille explique déjà dans son article que le blé ne représente que 65 à 70% du coût de la farine, qui elle-même ne représente que 10 à 15% du coût de la baguette. Autrement dit, la vilaine crypto-fasciste rapporte l'information correctement et relativise l'impact pour les boulangers de la hausse des cours du blé.
 

Au final les prix devraient augmenter, nous dit l’article, de 8%, soit de 6 à 8 centimes par baguette (qui coûte actuellement entre 75 et 95 centimes). Comme la hausse du prix des matières premières et de la masse salariale devrait en absorber 5 (si ces 5 centimes sont une invention destinée à manipuler la populatin, comme vous semblez l'affirmer, prouvez-le-nous et tirez au clair la mystification) il n'en reste plus que de 1 à 3 centimes de profit supplémentaire par baguette pour le méchant patron boulanger. Chacun est libre de juger ces 1 à 3 centimes inconvenants et de considérer que les boulangers n'ont pas besoin de gagner plus d'argent, comme il est possible de mettre en cause les mécanismes d’un marché sacralisé par les libéraux et souvent déficient dans la réalité. Toutefois il me semble déplacé (mais tellement plaisant) de hurler contre cette Bertille Ossey-Woisard qui rapporte des faits et les met en relation de manière assez nuancée.
 

céleste 24/08/2007 20:01

contente de te lire à nouveau :-)

les marques 24/08/2007 16:15

juste une petite précision, pour désamorcer les critiques mode "sale macho plein de masculinitude" ... si on est pas responsable du prénom dont ses parents nous ont affublé, on est largement responsable des conneries qu'on écrit ... par exemple, moi j'assume les conséquences de mon PS ... ma cmarade de blog me tire une de ces gueules ... je vous dit que ça ...