mes victimes ne valent pas les votres ...

Publié le par les marques

Lettre ouverte à un Président, une Garde des Sceaux, Une Femme et mêre, quelques féministes , nombre de journalistes et  pas mal de bonnes ames ...

Vous aimez ces petites chroniques de l'horreur, que les journalistes adorent rendre quotidienne ... et l'on vous voit au coté des victimes, vous êtes même capables de raviver des plaies encore béantes, au grés d'un voyage en province ... et vous légiférez, un coup de plus, parfois dans une précipitation telle que vous innovez en annonçant de nouvelles mesures en vigueur depuis des années ... On vous traite de solidaires compulsifs, mais peu importe , vous êtes là ou votre devoir vous appelle ... du côté de celles et ceux qui souffrent ...

Mais là, vous me décevez ... déçu ... franchement déçu ... Pas une commission, pas un groupe de travail réuni dans l'urgence, pas une injonction de résultat , pas la plus petite allusion à l'inefficacité de tel ou tel, pas un kleenex tendu, pas un sourire crispé de compassion, pas un môt, pas un élan vers cette nana de 23 ans morte dans une baignoire , pas un môt, pas un élan pour cette femme de 31 ans trouvée poignardée à la Rochelle , pas un môt pour ces 2 gamines de 15 et 19 ans prostituées de force par une bande de barbares récidivistes ...  rien ...

Faut dire que dans ces trois cas, y a pas de famille pour faire valoir l'humanité de la victime, ou plutôt pour réclamer un peu de cette charpie nouvelle mouture, 50% de une journalistique, 50% de biftons de 500 euros, qui panse si bien les blessures ...
Faut dire aussi que ... étaient elles si humaines que ça , ces "victimes"  ...
Et de ressortir des discours qu'on croyait oubliés depuis si longtemps :
les deux prostituées, pfff, juste des fugueuses passablement handicapées mentales "fragiles psychologiquement et émotionnellement, en manque de repères" ...
la poignardée du port de La Rochelle , encore une dingue fugueuse évadée de son hopital psychiatrique que sa fugue a amené à faire des rencontres "avec des gens qui n'étaient pas de très bonne compagnie" .
Le genre de truc que les bonnes âmes pensaient des femmes violées, il n'y a pas si longtemps, ce "elle l'a bien cherché" qu'on croyait définitivement disparu ... mais qui ressort dés que l'humanité de la victime peut être niée ...
Quand à l'handicapée physique morte dans sa baignoire, le black-out s'avère d'autant plus nécessaire que, au vu des premiers éléments de l'enquète , son bourreau domestique est une femme, et qu'il est bien connu que bourreau est un de ces termes non féminisables ...

Certains jours, j'ai une de ces rages qui m'envahit ... à voir toutes ces questions qui ne seront jamais posées , simplement parce que dans notre société, certains sont moins humains que des chiens ... parce qu'inconsciemment, le "avec tout ce qu'on a fait pour elle-lui" de tous les maltraitants nieurs d'humanité , c'est tout ce que nous avons à dire ...
Pour nous cacher ces questions qu'il serait peut être utile de nous poser sur le déni d'humanité de certains d'entre nous ... et même sur le déni d'animalité qui fait qu'on finit par considérer certains comme des cloportes ... parce que dans notre société, les chiens ont leurs défenseurs ...
Les hommes naissent libres et égaux en droit ... mais l'humanité se perd par le regard de l'autre ...
Et "réfléchir, c'est commencer à désobéir" ...
Décidément, mes victimes ne valent pas les vôtres ... normal, je ne suis qu'un cloporte ...

free music

Publié dans soumission.sociale

Commenter cet article

lecailloudanslachaussure 27/08/2007 15:28

En effet !! ;-)Saine réaction...

enzo d'aviolo 27/08/2007 15:25

le jour où Sarko ira à l'enterrement d'un assasiné qui n'est pas bien sous tout rapport, c'est que sa communication aura fortement dérapé! risque pas d'arriver.il est dans la bonne ligne de la droite bien pensante, pas de soucis. ce qui compte pour lui ce n'est pas les droits de l'homme mais ceux de la victime, comme si la justice servait donner des droits à la victime!

les marques 27/08/2007 15:12

chuis pas sur qu'on puisse plus en parler sur les blogs , remarque ...mais je me tape de la nethiquéquette ...

Laflote 27/08/2007 15:05

Certes mon cher, certes... Nénamoins, c'est une question fondamentale, à mes noeils... Mais il est difficile de parler de ce genre de sujet dans la bonne société... Vive les blogs !

les marques 27/08/2007 14:55

humour triste ...